Galerie

They’re fifteen and they like to shoot guns ! – When Swiss journalists discover that owning guns and target shooting are very popular outside their little urban bourgeois social circles.

Galerie

Ach! le Welsh! toujours rigole, jamais travaille…

Galerie

Swiss falling back in survival mode.

Galerie

Ici c’est Fribourg. It’s not funny for the people that got hurt in this traffic accident, but there are not a lot of places where a non negligeable part of road casualties involve cattle (on average, I’m almost hitting a cow a year).

Galerie

(Photo Police cantonale du Tessin)

Je ne retrouve plus l’article ridicule du Matin, mais j’ai trouvé la version allemande du Blick qui explose lui aussi le mur du son en évoquant la prise d’un veritable “arsenal” (”ein ganzes Waffenarsenal”) confisqué à une bande de gamins qui ont fait les cons avec. Un arsenal de jouets, donc. Utilisé pour faire des conneries, ce qui est un autre problème, mais un. Arsenal. De. Jouets.

Apparemment, Oui-Oui serait impliqué dans l’affaire.

Des sources anonymes évoquent également le fait que la Police aurait confisqué plusieurs berlines allemandes de forte cylindrée (au format 1/43), des dizaines de grammes d’explosif avec dispositifs de mise à feu et des échantillons de la fameuse drogue synthétique “Dafalgan”, très prisée dans les milieux de la nuit à l’instar des fameuses “Miaou-Miaou” et autre “Spice”.

Sans déconner, la presse suisse ne s’arrange pas (elle fait d’ailleurs ses choux gras avec les deux récents drames commis en Suisse avec des armes militaires – avec le gros sous-entendu de la nécessité de confisquer les armes de service, puis les autres armes à feu pour éviter ces drames -, mais s’esclaffe en évoquant les trente blessés de la bataille d’oreillers de West Point, ou l’assassinat à la cuvette de chiotte d’un supporter de foot brésilien).

Galerie

L’actualité du jour prouve que si la drogue est utile à quelque chose, c’est bien à s’évader.

Galerie

Le seul intérêt du Matin (quel journal !), à part ses pages prostitution (qui regroupent environ nonante pour cent du contenu éditorial de ce torchon), c’est le clash des pubs avec les gros titres.

Galerie

Le seul intérêt du Matin (quel journal !), à part ses pages prostitution (qui regroupent environ nonante pour cent du contenu éditorial de ce torchon), c’est le clash des pubs avec les gros titres.